L’équivalent moral de la guerre

maxresdefault (1)
@Youtube

En préparant les premiers articles de ce blog, je suis tombé par hasard sur une conférence d’Idriss Aberkane, que je vous conseille vivement de regarder. Il y a un passage en particulier qui résume toute l’essence de ce blog et de ce que je souhaite en faire : celui portant sur le concept d’équivalent moral de la guerre.

L’armée a un seul but : détruire.

246001403_7SSS« Vous allez me dire, l’armée son seul but, c’est détruire, vrai ou faux? Et bien, faux! L’armée quand elle construit, c’est plutôt bien fait ». Idriss Aberkane illustre immédiatement son propos par un exemple : la forteresse de Neuf-Brisach. Il souligne notamment la beauté de la construction, qui attire des milliers de visiteurs, mais aussi la solidité et la durabilité du dispositif.  Il montre ensuite que l’armée peut construire vite et bien, comme dans le cas de la mise en place des ports « Mulberry », des constructions mises en place en 48h après le débarquement de Normandie pour ravitailler les troupes. Il y a des compétences chez les militaires qui manquent cruellement aux civils.

Changer le monde

Le conférencier montre alors qu’à chaque fois qu’une technologie développée dans le cadre militaire a été amenée dans la sphère civile, cela a eu des répercussions majeures : les semi-conducteurs, les moteurs à réaction, les satellites et les lanceurs, les ordinateurs, le radar, internet, etc. Pas de Neil Armstrong sur la Lune sans l’armée! Pas de Facebook, de GPS, de Paris-New York en 6h30. « Peut-on généraliser ce processus? » Peut-on faire en sorte que les organisations civiles soient aussi performantes que les organisations militaires en état de guerre?

Le concept d’équivalent moral de la guerre

William_James_b1842c.jpg
William James @Wikipédia

Le conférencier invoque William James, un psychologue américain. Celui-ci avait remarqué au début du XXe siècle que les hommes en état de guerre pouvaient développer des ressources insoupçonnées (innovation, prise de risque, persévérance) pour vaincre ou survivre. Ce qu’il faudrait, c’est pouvoir retrouver un situation de paix où l’on puisse atteindre cette efficacité. C’est l’équivalent moral de la guerre (retrouvez la publication originale ici). Malheureusement, celui-ci n’avait aucune idée de comment faire.

Je vous propose donc de chercher ensemble à développer ce concept. Comment pourrions-nous atteindre cet équivalent moral de la guerre?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :