Si vous êtes manager, ne commettez JAMAIS cette erreur

George Patton était l’un des généraux les plus connus de la Seconde Guerre mondiale. Célèbre pour son franc-parler et ses répliques légendaires, il obtint des résultats impressionnants dans toutes les campagnes auxquelles il participa. Pourtant, il faillit tout perdre en quelques secondes. Quelques secondes sur une carrière exceptionnelle de 40 ans! Quelle fut cette erreur? 

george-c-scott-patton
@Patton

Des résultats à tout prix…

Patton était un leader intransigeant : seul comptait l’esprit d’offensive. Les hommes devaient aller de l’avant, coûte que coûte. Dans son discours prononcé en Angleterre peu avant le débarquement de Normandie il souligna avec tact et finesse sa doctrine de combat : « Je ne veux pas recevoir de message disant, ‘Je tiens ma position.’ Nous tenons pas le moindre foutu truc. Laissons les Allemands le faire. Nous avançons constamment et nous ne sommes pas intéressés à tenir quoi que ce soit, à part les couilles de l’ennemi. Nous allons lui tordre les couilles et lui botter les fesses en permanence. Notre plan d’opérations de base consiste à avancer et à continuer d’avancer, sans se soucier de devoir passer sur, sous ou à travers l’ennemi. Nous allons le traverser comme la fiente dans une oie; comme de la merde dans un klaxon! » Vous pouvez retrouver l’intégralité du discours sur ce site

…jusqu’au dérapage.

Durant la campagne de Sicile, il se rendit à Nicosie (Chypre) pour rendre visite à des soldats blessés. Là, il s’entretint comme souvent avec ses hommes pour les remercier de leur courage et de leur dévouement. Jusqu’à ce qu’il rencontre le soldat Kuhl : celui-ci était assis dans l’infirmerie sans blessure apparente. Patton lui demanda de quoi il souffrait. Il lui expliqua qu’il ne pouvait plus supporter les bombardements. Pour le général c’en était trop : il considérait que l’on pouvait avoir peur, mais rien ne pouvait justifier que l’on n’accomplisse pas son devoir. Il l’injuria et le gifla devant tous les soldats présents. Les médecins le firent sortir de l’infirmerie avant que Patton ne l’abatte lui-même avec son célèbre pistolet à crosse d’ivoire. La scène est reconstituée dans le film « Patton » aux sept oscars.

Les conséquences d’un geste déplacé

Patton ne fut pas limogé, mais les retentissements dans la presse furent impressionnants. Seuls ses faits d’armes exceptionnels le sauvèrent des politiques souhaitant sa mise au ban. Les excuses publiques et les discours à ses hommes et à la presse n’y changèrent rien : Eisenhower préféra donner le commandement de la Première Armée américaine au général Bradley pour débarquer en Normandie. Finalement, Patton ne commanda plus d’armée pendant un an, et cet incident entache encore aujourd’hui son parcours.

En conclusion, n’humiliez jamais un subordonné, en particulier devant ses collègues, quelle que soit sa faute. En tant que manager, en tant que leader, votre responsabilité est de rester maître de vous-même. Des mois, voire des années de respect gagné grâce à un management intelligent peuvent être ruinés en quelques secondes. Et dans la mesure où nous ne sommes pas tous des Patton, il y a fort à parier que personne n’aura de pitié pour vous au moment de prendre votre place!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :